Nord -Marc

POURQUOI "PONT ROUGE"

 

 

Je lance ici un appel à…connaissances !

 

En effet, les fidèles lecteurs de ce blog, et ils sont de plus en plus nombreux, auront remarqué des articles relatifs à des ponts fluviaux existant dans la région Nord-Pas de Calais sous la rubrique « par ponts et par vaux ». Ceci est le fruit d’un long travail de recherche effectué en 2008, recensant prés de 200 ponts de notre région.

 

Lors de ce reportage j’ai découvert qu’il existait plusieurs ouvrages appelés « pont rouge » sans pourtant qu’il existe un lien entre eux : pas dans le même secteur, pas forcément de la même époque, de tailles diverses…

 

Une seule explication m’a été fournie. Ce sont les romains qui teintaient les ponts qu’ils avaient construits en rouge. Mais je n’ai pas été convaincu, car là où il y a des ponts rouges, il n’y avait pas systématiquement d’occupation romaine. D’autres origines à ce terme sont toutefois possibles :

 

-   Comme pour certains immeubles on les baptisait « rouge » car il s’y était déroulé des combats sanglants, ou des crimes (auberge rouge, maison rouge, cabaret rouge…

 

-    Il se pourrait également que ces ponts aient été figurés en rouge sur d’anciennes cartes, car ils étaient à péage…

 

Je n’ai en fait aucune certitude. Si parmi les lecteurs certains peuvent m’apporter la réelle explication, qu’ils utilisent l’espace « commentaires » pour me le signaler. D’avance je les remercie.

 

 Aujourd’hui naturellement je vous parle du pont rouge de Deulémont  dans le département du Nord, à la frontière belge, entre Armentières et Menin, sur la Lys.

 

On trouve trace de ce pont en 1710 sur d’anciens plans. Avant la seconde guerre mondiale, « le pont rouge » se situait sur l’axe routier Lille-Ypres. Dynamité par les allemands, il a été remplacé par un pont provisoire de type Bellay (photo)à nouveau  remplacé en 2008 par une passerelle de même conception en acier « corten ». Ce métal a la particularité de se teinter lui-même, sans intervention humaine. Coïncidence, il est désormais réellement rouge.

 

 A noter que Deulémont tire son nom des mots flamands « Mons » (embouchure) et Deusle » (Deule). Le secteur du pont rouge a été le théâtre en 1792 d’une petite bataille opposant les gardes nationaux aux autrichiens. Les gardes des communes  de Frelinghien, Houplines et Deulémont s’étaient regroupés autour d’un bastion « Vauban » proche du pont, pour arrêter l’ennemi. 

.



27/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres