Nord -Marc

PAR PONTS ET PAR VAUX (IV)

 

 

 

C’est au VII ème siècle que l’Evêque Audomar, canonisé plus tard sous le nom de Saint Omer, évangélise une bourgade et ses environs, installée sur le mont Sithieu, un tertre qui domine une plaine marécageuse.

Dès le X ème siècle la ville connaît une certaine croissance grâce au commerce, au point que la décision de canaliser l’Aa pour rejoindre la mer est prise au milieu du XII ème siècle. Le fleuve côtier pourra ainsi être emprunté par les « bélandres », barques à fond plat, dès 1165.

Saint Omer devient alors un véritable port tels qu’en témoignent encore aujourd’hui certains quais dans le quartier du haut pont, ainsi désigné car il était élevé. C’était le cas du quai du commerce, sur le canal percé au XVIII ème siècle, qui sera réaménagé au début du XX ème siècle afin de permettre la manutention des produits dont les légumes venus du marais audomarois.

Quant au quai des salines (photo) il accueillait bateliers, négociants et marchands . Les ouvertures des anciennes caves, le long du quai témoignent de l’existence d’entrepôts, telle la maison de Hollande, rue de Dunkerque, cette rue par laquelle on acheminait les produits du marché. La création du canal de dérivation de Neufossé mit fin à ces activités.

Si l’on prolonge sa visite à Saint Omer, on pourra faire une croisière en bateau pour découvrir le marais audomarois depuis la base nautique d’ISNOR. On pourra aussi faire des ballades en 2 cv ou en solex sur les chemins de Clairmarais, ou en canoë dans le marais. On visitera la Maison du Romelaere, première étape de la découverte de la réserve naturelle du marais, ou encore suivre une trentaine d’itinéraires pédestres différents dans l’audomarois.

 Pour ces loisirs, un numéro de téléphone : Office de tourisme de Saint Omer, 03.21.98.08.51.



26/05/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres