Nord -Marc

OU LA MALEDICTION DES KENNEDY CROISE LE PAS DE CALAIS

Nous sommes au début de l'année 1943. L'Allemagne commence à s'enliser dans une guerre qui n'en finit pas. Il faut à Hitler multiplier les armes secrètes tels les V1 et V2 qui, lancés du Pas de Calais, font des ravages sur Londres.

Les ingénieurs du Reich inventent alors le V3. Un engin terrifiant, que l'on en juge : une bombe-fusée de près de 3 mètres de longueur, d'une portée de 130 kilomètres, atteignant la vitesse de 1500 mètres à la seconde.

Le système est au point. Il faut néanmoins construire une première base de lancement sur la côte française, une base dont la conception est à la mesure de l'engin lui même. Ces fusées doivent en effet être propulsées par des canons enterrés de 130 mètres de long pour, dès 1944, arroser Londres au rythme de 600 par heure!

A l'endroit choisi, Mimoyecques, sur la territoire de la commune de Landrethun le Nord, commencent les travaux à partir du premier semestre 1943.

Des milliers de prisonniers de toutes nationalités y travaillent, surtout la nuit pour ne pas éveiller l'attention de la reconnaissance aérienne ennemie. C'est un chantier gigantesque qui finit pourtant par ne pas passer inaperçu.

Notamment, des observateurs aériens alliés repèrent dans la plaine des alignements de meules de foin à une époque où ceux çi sont rentrés depuis longtemps. Croisées à des renseignements émanant de la résistance, on finit par découvrir que les meules dissimulent des bouches d'aération, donc des installations enterrées: un mauvais coup de plus d'Hitler. Et puis il y a à la surface une énorme plaque de béton d'un périmètre impressionnant.

Les premiers bombardements britanniques se déroulent en Novembre 43. Mais ils sont inéfficaces face aux énormes protections blindés du sites. Ils ne font que retarder le planning des Allemands.

Il faut donc employer les grands moyens. Les Anglais imaginent alors un scénario digne des grandes productions hollywoodiennes. Ils vont larguer un planeur télécommandé, bourré d'explosifs, jusque sur le site.

Un appareil du type "Libérator PBLY" décolle du nord de Londres le 12 Août 1944 emportant avec lui le planeur chargé de 12 tonnes de "torpex", un produit plus puissant que le TNT, qui doit suffir à désintégrer la base de Mimoyecques. A 18h20, trente minutes après le décollage, on perd la trace du "libérator", au dessus de la Manche. On suppose que les vibrations de l'appareil ont provoqué l'explosion du torpex, très instable, en vol. On le suppose car, on ne retrouvera jamais les traces de l'avion et du planeur.

Il faudra attendre le 27 Août 1944 pour que la "forteresse" de Mimoyecques soit neutralisée suite au largage de 11000 bombes (pour un total de 15000 tonnes) en 28 vagues.

Le "Libérator" était piloté par Joseph Patrick Kennedy, frère aîné du président des Etats Unis assassiné à Dallas en 1963.

Ce fut le début de la "malédiction des Kennedy": d'abord Joseph en 44, puis John en 63, Robert assassiné en 68. Ted, le dernier des quatre frères Kennedy a sucombé à une tumeur du cerveau en 2009.

Deux de leurs cinq soeurs périrent également dans des circonstances particulières : Rosemary, lobotomisée, d'une maladie mentale et Kathleen dans un accident d'avion.

On se souvient enfin, en 1999, de l'accident d'avion de tourisme,qui emporta John Kennedy junior qui pilotait, sa femme Carolyn et sa belle soeur Lauren.

 



08/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres