Nord -Marc

DES DESCENDANTS D'HITLER DANS LE NORD?

 

Tous les historiens savent que l’abominable Adolf HITLER a séjourné dans le département du Nord durant la guerre 14-18.

Dès le début des hostilités, en août 1914, alors qu’il a 25 ans, le jeune HITLER s’engage volontairement dans un régiment bavarois. Il s’agit d’un régiment de réserve, le 16 ème d’infanterie qui le mène à Lille, puis à Ypres. On trouve également sa trace début de 1915 sur le front des Weppes vers Fromelles. Il est alors estafette et transmet à bicyclette les ordres depuis l’État Major qui siège à Wavrin jusqu’au front accompagné d’un chien pour lequel il s’est pris d’affection, un petit croisé fox-terrier.

 

On le trouve également à Haubourdin où il exprime ses talents d’aquarelliste en peignant une maison, rue Pasteur, et, plus tard à Wervicq-Sud où il est soigné après avoir été gazé à la fin de la guerre, dans une infirmerie établie dans une grande propriété qui existe encore et que les wervicquois appellent le « château blanc » (photo).

En réalité sa fonction lui permettait de vivre en partie à l’arrière, contrairement à la plupart de ses collègues fantassins qui combattaient en permanence sur le front. Des témoins aujourd’hui disparus, se souvenaient qu’il fréquentait une brasserie à Haubourdin et qu’il eut une liaison avec l’une de ses serveuses… Rien ni personne n’a jamais démenti cette relation, qui semble avoir abouti, peu après, à la naissance d’un petit garçon.

 

Dans le contexte d’après-guerre les femmes qui avaient eu des relations avec des soldats des troupes d’occupation cachaient comme elles le pouvaient leur liaison coupable et quand c’était le cas, l’origine paternelle de leur progéniture !

L’existence de cet enfant fut cachée tant bien que mal. Plutôt mal si l’on en croit la presse régionale et quotidienne françai

 

se des années 50 qui identifia le fils d’Hitler et publia même sa photo. Il résidait alors dans les abords d’Haubourdin.

L’homme, qui se savait alors dans la ligne de mire de toute la presse, n’avait même pas pris la précaution de donner à son visage, un aspect différent de celui de son supposé père : il portait la même moustache et la même mèche de cheveu qui lui tombait sur le front… Mais il est vrai que c’était alors une mode !Et puis, s’avouer fils d’Hitler, eut fait quelque peu désordre !

Donc, impossible de prouver qu’il s’agissait d’un enfant d’Hitler. Les enquêteurs de l’époque s’étaient basés sur des témoignages, et uniquement sur des témoignages. Quant à l’intéressé, s’il ne pouvait prouver qu’Hitler n’était pas son père, il ne pouvait pas, non plus, prouver le contraire, car il était né officiellement de père inconnu.

Cet homme aurait aujourd’hui plus de 90 ans, peut être est-il encore vivant. Il avait des enfants, qui auraient eux-mêmes autour des 70 ans…et des petits enfants que l’on croise sans doute aux coins de nos rues flamandes !

 

Cette histoire est tout à fait crédible, bien que le dictateur sanguinaire lui-même, n’ait jamais confirmé. D’ailleurs, pourquoi l’aurait-il fait ! On se souvient aussi qu’après sa victoire sur les troupes françaises, il avait tenu à se rendre, en 1940, un peu comme en pèlerinage, dans la région où il s’était battu, bref séjour lillois, certes. Mais l’histoire ne dit pas si son présumé fils eut le culot de chercher à voir son père, d’autant qu’à plus de 20 ans, il séjournait peut-être comme prisonnier… dans un « stalag » allemand !!!

MV.

 

 



20/05/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres