Nord -Marc

DE L'IRIS AU LYS

 

La Lys prend sa source près de Fruges, dans le département du Pas de Calais, plus précisément à Lisbourg, elle se dirige ensuite vers Aire, tout naturellement « sur la Lys », où l’image de certains quartiers, grâce à sa présence, n’a rien à envier à celle des plus jolies villes d’eau européennes. De sa source à Aire, la rivière conserve son aspect sauvage, puis elle est canalisée jusqu’à Gand où elle se jette dans l’Escaut. C’est cette partie orientale qui est la plus longue, le fleuve y traverse la plaine qui porte son nom.

 

Dans cette zone, bien avant qu’elle ne soit « domestiquée » par l’homme, elle faisait des ravages, provoquant d’innombrables crues qui ont marqué l’histoire de certaines localités.

Malgré les caprices du cours d’eau l’homme s’installa sur ses rives très tôt. On trouve trace d’habitats significatifs dès l’époque gauloise et l’occupation romaine. On franchissait alors le fleuve sur de petites embarcations rudimentaires et l’aspect de la Lys à cette époque n’avait strictement rien à voir, avec le canal que nous connaissons aujourd’hui. Par endroit, et aux périodes de crues, la Lys évoquait plus un lac qu’une rivière.

 

Plus près de nous, en plein moyen âge, le Seigneur d’Armentières choisit l’iris jaune qui poussait en abondance sur les rives de la Lys, pour orner ses armoiries, naquit alors la « fleur de Lys » ! Le roi de France la désigna à son tour comme symbole de la royauté ! Ainsi, le Lys usurpa l’iris.

 

Sur ses 195 kilomètres, la Lys consacre 25 kilomètres à la frontière franco-belge entre Houplines et Halluin, c’est dans ce secteur, qu’elle traverse parfois des villes entières, françaises sur la rive droite, belges sur la rive gauche. C’est le cas de Wervicq-Sud en France et de Wervick en Belgique, mais aussi de Comines, secteurs durement éprouvés durant les deux conflits mondiaux, où les ponts furent systématiquement détruits. Car la Lys a aussi donné son nom à une bataille qui se déroula fin Mai 40, opposant les armées belge et allemande.

Marc VARLET.

 

Photo : le pont de Wervicq-Sud, en arrière-plan l’Eglise Saint Médard de Wervik, en Belgique.



25/04/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres