Nord -Marc

Chartreuse de Neuville,une réplique de la Maison mère"

18072013-Hucqueliers 17 18 juil 13 168.jpg

J’ai souvent eu l’occasion de visiter la partie accessible au public du monastère de la grande Chartreuse, à Saint Pierre de Chartreuse, en Isère.  Depuis Voreppe, où j’habitais, il ne me fallait que 30 minutes de voiture pour me rendre à cette partie du monastère « la correrie » où l’on peut encore aujourd’hui découvrir le monastère, son histoire et la vie des moines de cet ordre parmi les plus austères.  Là  j’ai découvert qu’il existait dans le Pas de Calais, une chartreuse très semblable, par son architecture, à celle du massif de Chartreuse, dans les Alpes : celle de Neuville sous Montreuil sur mer. Si ma mémoire est bonne on la découvrait sous forme de maquette, du moins sous forme de plan. C’était dans les années 80 et j’ai mis beaucoup de temps avant de me rendre à Montreuil pour enfin voir  la Chartreuse « Notre Dame des prés », en de nombreux points identique à celle de l’Isère, à commencer par l’atmosphère de paix qui enveloppe l’édifice, son environnement boisé, son cadre retiré, et, bien sûr, sa conception architecturale.

Bruno, avec six compères, trois prêtres et trois laïcs, avait fondé le monastère alpin en 1084 dans un endroit isolé du massif. Baptisé « désert de Chartreuse » l’endroit était dominé de 1000 mètres par « le grand som ». Il se situait alors à environ deux kilomètres  des bâtiments actuels qui datent de 1676.

 L’ordre contemplatif des Chartreux, très stricte, exige la clôture perpétuelle. Dans les Alpes, les moines ont longtemps distillé eux-mêmes, la fameuse liqueur de la grande chartreuse. Verte ou jaune. Elle est fabriquée à partir d’un mélange de plantes, seulement connu des moines, mais aujourd’hui distillée à Voiron par une entreprise privée.

Au fil des siècles l’ordre a fait des adeptes partout dans le monde. On compte aujourd’hui pas moins de 243 chartreuses  dont 86 en France, actives ou non. Dans le Nord –Pas de Calais, on en dénombre trois qui n’abritent plus de moines chartreux : celle de Fleurbaix (chartreuse de la boutillerie, 1641) ; celle de Gosnay, également moniale, appartenant aujourd’hui à des privés, enfin celle de Neuville sous Montreuil, que l’on peut visiter.

La Chartreuse de Neuville « Notre Dame des prés » fût fondée en 1323 par Robert VII, comte de Boulogne. Détruite et reconstruite durant 5 siècles, elle ne compta jamais guère plus d’une vingtaine de moines jusqu’en 1906, à sa fermeture suite à la séparation des biens de l’Eglise et de l’Etat.

L’abbaye a pris sa forme actuelle en 1574 et fut restaurée en profondeur à partir de 1870. Après le départ des chartreux, le monastère fut transformé en hôpital en 1907. Ce n’est qu’en 1997 qu’il revînt à sa vocation d’origine avec son rachat au centre hospitalier de Montreuil par la communauté des sœurs de Bethléem, vente annulée en 2004.

Le bâtiment appartient aujourd’hui à la Société Civile immobilière « l’Ermitage », composée d’architectes qui souhaitent y développer des activités culturelles. Elle est aidée en ce sens par l’association « la chartreuse de Neuville » créée il y a 6 ans et qui a pour but la valorisation du patrimoine, le développement «  d’un lieu d’échanges,  de recherches, et d’exposition pour le développement mutuel de  l’homme et de la société ». En somme une vocation « presque » retrouvée !



24/07/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres